[caption id="attachment_128" align="alignnone" width="640"]SudCorner_Blog_Image_Post_comment_choisir_son_miel 2 Où se cachent le miel de Provence, le Miel des Cévennes, le Miel de Lavande, et le Miel de Châtaignier ?[/caption]

 

Alors que le printemps s'éveille, et bat son plein de rayons de soleil, de promenades dans les champs, de gazouillis d'insectes en tout genre, et de brassées de fleurs qui ne demandent qu'à éclore, posons nous cette question de circonstance: au fait comment (bien) choisir son miel ?

Ben oui, ça fait un peu marronnier, mais en même temps, par les pratiques qui courent dans le "milieu", comment reconnaître le bon chasseur et le mauvais chasseur le bon apiculteur et le mauvais apiculteur, bref le bon miel de l'ivraie. Et là parole de non experte: on n'y arrive pas !

Pourquoi ? Parce ne serait-ce qu'à la vue rien ne les sépare, et au goût, il faut d'abord se faire le palais...

[caption id="attachment_129" align="alignnone" width="640"]SudCorner_Blog_Image_Post_comment_choisir_son_miel bis Comment reconnaître une AOP, une IGP...au goût ? A l'odeur ?[/caption]

 

Alors que faire ? J'en appelle à votre bon sens M'sieurs Dames !

Je m'explique. D'abord, gage de qualité, préférer un miel en Appellation d'Origine Protégée, Indication Géographique Protégée, et aussi un miel labellisé (Label Rouge par exemple). N'est pas en AOP, IGP, et label qui veut. Pour cela, les miels doivent se conformer à un cahier des charges très précis et strict, lequel est validé par une batterie de tests à l'aveugle. Puis par un étiquetage spécifique et numéroté (on sait donc combien de kilos, voire de tonnes de vrai miel made in France sort de ruche chaque année). Le Label Rouge reprend tout ça, avec un supplément qualitatif qui qui a le bon goût de nous rassurer :-)

[caption id="attachment_130" align="alignnone" width="640"]SudCorner_Blog_Image_Post_comment_choisir_son_miel 3 Des ruches posées dans de beaux champs vallonés[/caption]

 

Alors, quel prix pour tout ça ? Un prix conséquent, certes. En effet, nous savons toutes et tous que tenir un cahier des charges, justement ajoute des charges à l'apiculteur volontaire. Nous savons également que les abeilles courent de moins en moins les ru(ch)es... Donc chacun de nous a au fond de soi une petite voix qui lui susurre à l'oreille qu'un bon miel made in Provence, Cévennes, un miel de Lavande, etc...à moins de 13€ le kilos, y'a baleine sous gravier (= anguille sous roche puissance 10).

Quoi qu'on fait ? Ben j'ai envie de dire, qu'on se calme en profitant d'un bon miel alterné avec une jolie confiture, de quoi satisfaire tous les becs sucrés... Hep ! toi là-bas, enlève ton doigt du pot STP !!!

[caption id="attachment_131" align="alignnone" width="640"]SudCorner_Blog_Image_Post_comment_choisir_son_miel 4 Qu'est-ce qu'on t'a dit déjà : arrête de chipper du miel en douce ![/caption]

 

Pour aller plus loin:

Plus d'infos sur les miels de Provence:http://www.miels-de-provence.com/authenticite.php

Plus d'infos sur les miels des Cévennes:http://www.apiculteurs-en-languedocroussillon.org/index.php?option=com_content&view=category&id=84&Itemid=474

L'état des lieux de l'apiculture par Le Monde:http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/02/13/en-france-la-production-de-miel-est-en-chute-libre_4365160_3244.html

http://www.syndicatfrancaisdesmiels.fr/

 

 

 

View comments about this article