Visite du Musée de la Romanité, nouveaut musée de Nîmes la romaine

Le Musée de la Romanité a ouvert ses portes le premier weekend de juin, et le moins que l’on pouvait faire c’était d’en être et en famille 😉

 Grande attente et grande fierté, ce samedi 02 juin 2018 était inauguré le Musée de la Romanité, nouveau grand musée de Nîmes Antique. Au vu de l’attente et de l’ampleur du projet, il n’en fallait pas plus pour que j’y traîne mes minis moi. Ne serait-ce que pour pouvoir dire plus tard que lors de l’ouverture du fameux édifice « J’en étais ! »

Le Musée de la Romanité

Le Musée de la Romanité… Rendons à César…

 Ce Musée de la Romanité, les nîmois et les gardois vous le diront assez, cela faisait un sacré moment qu’il était attendu, et finalement, le temps de sa construction n’aura pas paru énorme, tant toue une litanie verbale et écrite avait été prolixe sur le sujet.

Pour rappel, Nîmes souhaitait se doter d’un musée supplémentaire au Carré d’Art érigé par Sir Norman Foster en 1993. Cependant, exsangue d’un budget faramineux pour le musée d’art contemporain situé face à la Maison Carrée, les projets ou idées de projet avaient avorté, et ce, jusqu’en 2011, date du lancement du concours d’architecture.

Le fait est là. Neuf ans plus tard, sort de terre un édifice à la fois imposant et empli de légèreté, un conservatoire foisonnant tenant tête aux arènes millénaires, drapé d’une toge métallique aérienne rappelant les tessons nécessaires aux mosaïques imposantes de la cité romaine. Le projet devient vie.

Le résultat est grandiose. Elizabeth de Portzamparc capte notre attention à merveille depuis l’entrée en coquille du musée, en passant par son escalier en lévitation, jusqu’à ces vues somptueusement travaillées pour que la ville s’offre à notre regard.

Le Musée de la Romainté

Le Musée de la Romanité Le Musée de la Romanité

Redécouvrir une collection permanente antique enrichie

Si ce musée se veut clairement positionné pour une offre culturelle internationale, on n’en éprouve pas moins le plaisir de (re)découvrir des pièces qui n’étaient pas visibles lorsque les collections antiques étaient présentées auparavant. Les œuvres, objets du quotidiens et autres mosaïques, étaient engoncées au sein du Musée d’Histoire Naturelle, qui de toute façon n’était pas adapté aux « restes » imposants qui n’ont eu de cesse d’être découverts ça et là dans Nîmes, comme dans tout le Gard.

Le Musée de la RomanitéLe Musée de la Romanité Le Musée de la RomanitéLe Musée de la RomanitéLe Musée de la Romanité

Un musée interactif grâce à des œuvres antiques propulsées par le numérique

Par ailleurs, le beau volume interne du musée de la Romanité fait que l’on n’assiste pas à une succession de présentations dopées par la magie du multimédia 3.0 (il y en a près de 65 en tout) mais renoue avec une interaction assumée. Ainsi, petits et grands pourront tester les effets de toilettes grâce à un dispositif 3D qui permet de projeter sur soi les tenues des Nîmoises et Nîmois antiques en un clin d’œil.

La reconstitution grandeur nature d’une maison gallo-romaine fait également son petit effet sur le public. Pour ma part, énorme claque à la vue d’une mosaïque énormissime, près de 35m² me semble-t-il, retrouvée uniquement en 2006, lors des travaux de rénovation de la chaussée en plein centre ville. Et il est fort à parier que c’est par cette interaction que va opérer le charme de l’ancien 😉

Se retrouver projeté dans un atrium ou reconstitution numérique et fragments réels, est une expérience forte. De même, lever la tête afin d’apercevoir une imposante pierre qui n’est qu’un fragment du fronton d’un temple relève de l’incroyable !

Le Musée de la Romanité: une bouffée d’air frais sur les toits de Nîmes

 Comme tout musée de cette envergure, le nombre de pièces de la collection permanente, sans oublier la superbe présentation de l’exposition temporaire autour des gladiateurs (Du 2 juin au 24 septembre 2018), est faramineuse ! Je pense qu’il sera nécessaire d’y retourner plusieurs fois afin de bien en profiter, sans pour autant faire décrocher les plus petits 😉

J’avais d’ailleurs réservé la découverte du toit terrasse du musée et du jardin archéologique pour la fin de notre visite, et je n’ai pas été déçue… Bon, même si je dois dire que je reste sur ma faim quant à la déambulation dans un jardin qui n’a été planté que récemment (et en même temps, comment aurait-on pu faire autrement), je dois dire que le bol d’air au-dessus des toits de Nîmes est juste incroyable !

D’ailleurs, personne ne s’y est trompé: le toit va devenir assurément le spot à selfies de la belle nîmoise, the place to be pour l’ensemble des visiteurs, avec les arènes majestueuses en toile de fond. Et pour ne pas bouder mon plaisir à venir, j’avais finement calculé de visiter le Musée de la Romanité en fin de journée afin de pouvoir assister au spectacle du coucher de soleil sur la ville, mes enfants en sont restés bouche bée 😀

Le Musée de la Romanité

Le Musée de la RomanitéLe Musée de la RomanitéSelfie sur le Musée de la Romanité

 Voilà:

  • Faire partie des tous premiers visiteurs de ce musée hors norme, check  
  • En avoir mis plein les mirettes à mes fils, check  
  • Remercier mes professeurs de latin et d’histoire-géo pour leur amour transmis de la Nîmes Antique, je le fais platement ici, check  
  • Assister à un sublime coucher de soleil en contemplant 2000 ans d’histoire, check  

Informations pratiques

Et vous, vous êtes-vous rendu au Musée de la Romanité ?

Crédit photos: Sud Corner

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comment *






*